Esthétique et éthique du témoignage dans le nouveau roman africain d'expression française: Emmanuel Dongala, Tierno Monénembo et Ahmadou Kourouma

Loading...
Thumbnail Image
Date
2012-03-01
Authors
Sackey, Donald E.
Keyword
Ahmadou Kourouma , Childhood , Emmanuel Dongala , Enfance , Enfant , Enfant-soldat , Enfant-victime , État africain postcolonial , Génocide , Guerre , Identité , Mémoire , Nouveau roman , Témoignage , Tierno Monénembo , Théorie postcoloniale , Child , Child-Soldier , Child-Victim , Genocide , Identity Politics , Memory , Postcolonial Theory , Remembering , War , Witnessing , Postcolonial African State
Abstract
Cette thèse étudie l’esthétique et l’éthique du témoignage dans le nouveau africain d’expression française voire le roman de la guerre. Au centre est l’enfant comme une catégorie sociale menacée et menaçante. L’enfant africain reste « l’arme » et le « soldat » de choix dans la littérature postcoloniale tout comme il était à l’époque coloniale. Cependant, sa mission est devenue encore plus meurtrière car il est maintenant recruté pour mener des combats militaires soutenus par des idéologies dépourvues de logique. Nous examinons donc les enjeux esthétiques et éthiques du choix de donner la parole à l’enfant pour témoigner de la violence postcoloniale dans les romans d’Emmanuel Dongala, de Tierno Monénembo, et d’Ahmadou Kourouma. Que ce soit par le biais d’une confrontation qui imite la scène judiciaire (Dongala), un débat philosophique, religieux et socio-politique autours du sujet de génocide (Monénembo), ou encore de l’emploi du rire carnavalesque pour témoigner de la tragédie personnelle et collective (Kourouma), nos auteurs font de l’enfant le point de référence à partir duquel l’Afrique pense le présent et l’avenir. Ce faisant, ils démontrent une diversité conceptuelle du témoignage littéraire tant sur le plan esthétique qu’éthique, que nous qualifions de changement paradigmatique dans la littérature d’Afrique noire d’expression française. Ce qui émerge est un double témoignage, d’une part, de l’auteur en tant que témoin des traces, d’autre part, de l’enfant (personnage) comme témoin-victime et/ou comme témoin-bourreau de la violence dans la « postcolonie ».  
External DOI